Le contexte inflationniste que vit le monde actuellement progresse toujours. Au Togo le prix du gaz butane a flambé ces dernières semaines en raison de la réduction de la subvention de l’Etat pour ce produit. Face à la spéculation sur le marché, le gouvernement a régulé le prix du gaz en fonction de la subvention octroyée. Seulement les prix tels qu’harmonisés par le gouvernement ne sont respectés.

Une équipe du ministère en charge du commerce a fait une descente de constatation ce mardi 23 août en vue de vérifier l’inscription et l’application réelle des nouveaux prix chez les vendeurs. L’équipe était dans certaines stations d’essence et chez des détaillants (par kg).

Les prix réels indiqués par le gouvernement sont affichés chez nous, a souligné, Atcha Gouyagando, chef d’une station à Nyékonakpoè, Lomé. Cependant il plaide pour une diminution prochaine en vue de soulager les consommateurs.

Ailleurs aucun prix n’est inscrit, laissant planer un doute quant à l’application des prix fixés par les autorités.

Les nouveaux prix sont fixés comme suit : bouteille de 6 kg à 4740 FCFA, celle de 12 kg à 9875 FCFA  et 27 650 FCFA pour 35 kg. Le prix du kilogramme étant fixé à 790 FCFA.  

La tournée avait pour objectif de vérifier ce qui se passe sur le marché. Selon le secrétaire général du ministère du commerce, monsieur Comlan Nomadoli YAKPEY, les prix sont bien inscrits dans certaines stations, par contre non inscrits chez d’autres, ou encore plus ou moins lisibles. Des gérants ont été rappelés à l’ordre ou convoqués.  

Pour le Directeur général du commerce Talim ABE « Chacun, de la chaine de distribution jusqu’aux consommateurs finaux, est invité à jouer sa partition afin que les efforts de la subvention du gouvernement sur le gaz soient ressentis chez les populations. 

En effet en l’espace d’un mois, le gaz est passé entre 520 et 600 FCFA le Kg pour atteindre 892 FCFA le Kg. Le gouvernement apporte ainsi une subvention de 102 FCFA sur le kilogramme en fixant le prix du kilo à 790 FCFA.  

Tous les acteurs sont conviés au respect et à l’affichage des prix, sous peine de sanctions ; allant des amendes jusqu’au retrait d’agréments de vente. Les consommateurs devront dénoncer des pratiques illicites au numéro vert 8585.