Le programme d’appui à la bonne gouvernance et à la décentralisation au Togo est dans sa quatrième phase. Un atelier de planification opérationnelle dudit programme avec les partenaires politiques et de mise en œuvre au niveau national est ouvert le 24 février 2022 pour deux jours. Les travaux ont été ouverts par monsieur Bawoubadi Bakaï, directeur de cabinet du ministère en charge de la décentralisation du Togo.

Le nouveau programme de trois (03) ans vient de démarrer le 1er février 2022 sous le nom du ProDeG (Programme Décentralisation et bonne Gouvernance). Il remplace le ProDeGol (Programme Décentralisation et Gouvernance Locale) mise en œuvre du novembre 2016 à janvier 2022.

Il va contribuer entre autres à améliorer le cadre de la mise en œuvre de la décentralisation et bonne gouvernance financière au niveau local, et renforcer les capacités des collectivités territoriales et leur permettre de remplir leur rôle d’acteurs de développement local.

L’atelier a réuni les différents acteurs impliqués du programme, des représentants des ministères impliqués et les acteurs fiscaux, communaux et universitaires.

Il s’agira par cette rencontre d’analyser les difficultés rencontrées et les leçons apprises de la phase 3 ; en assurer une compréhension partagée des objectifs de cette nouvelle phase du programme ; et définir la stratégie de mise en œuvre à adopter. Il sera également élaboré et validé avec les partenaires, le plan opérationnel de la phase 4 du programme.

Par cette nouvelle forme d’appui, l’Allemagne s’engage à accompagner le Togo dans trois domaines majeurs dont le climat des affaires et investissement, la transformation agro-industrielle, et la bonne gouvernance et du développement des territoires, selon Dr Omnia Aboukorah-Voigt, la chef du programme bonne gouvernance et décentralisation de la Coopération technique Allemande (GIZ) au Togo.

Avec la collaboration de l’Union européenne, le programme est financé par le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) à hauteur de 13 500 000 euros soit 8 855 419 500 de Francs CFA. Il sera mise ne œuvre par la GIZ.