Accroitre la préparation à l’insécurité alimentaire et améliorer la résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest et au Sahel est le but que vise le programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest (FSRP).

La première phase dudit programme qui couvre 2022-2026 a été officiellement lancée le mercredi 15 juin 2022 après deux jours (13 et 14) de réunion du comité technique à Lomé.   

Le projet est axé sur trois (03) leviers essentielles du système alimentaire, dont les services de conseil numérique pour la prévention et la gestion des crises agricole ; la durabilité et la capacité d’adaptation de la base productive du système alimentaire ; et l’intégration des marchés alimentaires régionaux et commerciaux.  

Il s’agira de garantir la sécurité alimentaire et soutenir les pays dans leur plan d’urgence, d’accroitre la productivité agricole dans le cadre d’une agriculture durable face au climat, et de promouvoir les chaînes de valeurs de la transformation à la production pour parvenir au développement du commerce intra-régional des produits agricoles.

Le programme sera mise en œuvre dans sa phase une par trois organisations (CEDEAO, CILSS, CORAF) et quatre pays dont le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo, avec l’appui de la Banque mondiale à hauteur de 400 millions de dollars US.

Le deuxième volet qui va inclure le Tchad, le Ghana, et la Sierra Leone va mobiliser un financement additionnel de 315 millions pour atteindre un montant total de 715 millions de dollars US porté par la banque mondiale.

La rencontre  de Lomé a été donc une occasion pour les parties prenantes de discuter des défis pour se donner de moyens de produire en quantité et qualité pour nourrir les populations et améliorer la qualité de leur vie. Plus de 4,5 millions de personnes en Afrique de l’ouest devraient bénéficier du FRFP.  

Pour le Togo, ce programme vient à point nommé dans la mesure où il va compléter les acquis du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) et le Projet d’appui au secteur agricole (PASA) clôturés au Togo.