Le Togo avec le soutien de ses partenaires dont la CEDEAO, la CEE-ONU (Communauté Economique pour l’Europe des Nations Unies (CEE-ONU) et l’UE, s’active pour la mise en œuvre des protocoles de la Convention des nations unies sur l’utilisation des cours d’eau transfrontalières et des lacs internationaux. Un atelier d’information sur cette convention se tient les 10 et 11 février 2022 à Lomé, sous l’égide du ministère en charge de l’eau du Togo.

Le Togo est le 5ème pays africain après le Tchad, Ghana, Sénégal, Guinée Bissau ; et fait partir de plus 140 pays dans le monde, à adhérer à cette convention en 2021. Les travaux de l’atelier devraient définir des axes et une feuille de route pour faciliter la mise en œuvre efficace et efficience de la convention au Togo.

Plus des 2/3 des ressources en eau du pays sont partagés avec d’autres pays voisins à travers essentiellement deux bassins dont un avec le Ghana et l’autre avec le Bénin. D’autres bassins sont également en projet d’ouverture.

La session de Lomé va plancher entre autres sur le contexte du Togo vis-à-vis de cette convention, son rôle, sa pertinence, les obligations et principes fondamentaux, les cadres juridique et de coopération etc.

Un atout pour l’ensemble des acteurs du secteur et structures impliquées de disposer d’information sur la convention et de maîtriser son contenu pour assurer sa mise en œuvre au Togo.

La convention adoptée le 17 mars 1992 à Helsinki (Finlande) par la conférence des nations unies, est un cadre juridique international en réponse aux attentes des pays en matière de l’utilisation, gestion et protection entre les Etats partageant les cours d’eau.