Le Comité national de facilitation (CNF) Togo de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) a présenté le rapport 2020 de l’Observatoire des pratiques anormales (OPA) relatif à la circulation des biens et personnes sur les corridors au sein de l’espace au niveau du Togo. C’est à travers un atelier organisé le jeudi 16 décembre 2021 à Lomé dont les travaux ont été ouverts par monsieur Komlan Tindano Secrétaire Général du Ministère des Transports et des Infrastructures du Togo.

Le transport constitue un moyen de rapprochement des marchés, donc des pays à travers le monde. Mais les différentes passerelles pour atteindre les pays souffrent d’une certaine porosité et tracasseries.

Depuis des années, les pays de la sous-région ouest africaine (UEMOA) sont confrontés à des pratiques peu orthodoxes qui entravent les efforts de la libre circulation des personnes et des biens prônés par les chefs d’Etat de l’espace.

Ces pratiques sont notamment l’installation des barrières physiques; les prélèvements illicites, rackets systématiques ; et les retards relatifs au temps de contrôle dans le transport des marchandises au sein des Etats et entre les différents pays.

Ainsi, il a été adopté en 2005 par le conseil des ministres de l’UEMOA les directives No08/2005/CM/UEMOA relative à la réduction des points de contrôle routiers inter-Etats et la décision No15/2005/CM/UEMOA portant modalités pratiques d’application du plan régional sur les axes routiers (différents corridors de l’espace).

Le rapport 2020 soumis à la validation des acteurs impliqués présente des d’innovations. Sur le corridor Lomé-Ouagadougou par exemple la perception illicite des montants passe de 12 185 en 2019 à 8 598 en 2020 ; le temps de contrôle à la frontière passe de 163,1 minutes en 2019 à 154,1 en 2020 ; et le nombre de postes de contrôle passe de 20,6 en 2019 à 17,6 en 2020. Des efforts qu’il faut noter sur le corridor togolais, mais beaucoup de défis restent encore à relever.

L’Observatoire des pratiques anormales (OPA) est un outil de surveillance de la performance des corridors routiers communautaires par la collecte et la diffusion de données vérifiables  sur la circulation des véhicules de transports de marchandises.

Il produit périodiquement des rapports trimestriels et annuels avec à ce jour 46 rapports dont 40 trimestriels et 5 annuels publiés de 2007 à fin 2020. Ce 46ème rapport pour le compte de 2020 est donc soumis à l’approbation des participants qui sont essentielles des acteurs du transport et de la sécurité.

Ils devront discuter et analyser  le contenu dudit rapport en vue de faire des recommandations d’amélioration avant sa publication. La mise en œuvre de celles-ci permettra d’améliorer la libre circulation des personnes et des biens sur les corridors togolaise avec le concours des acteurs de la chaine de transport.