Une cérémonie de passage du Togo devant le Conseil des Droits de l’Homme au titre du 3ème cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU) est tenue le jeudi 25 novembre 2021 à Lomé.

La présente pré-session nationale est initiée par la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), le  Collectif des Associations  Contre l’Impunité au Togo (CACIT) et l’Organisation non gouvernementale UPR-Info, en prélude à la pré-session qui aura lieu en décembre 2021, pour engager un dialogue interactif sur l’évolution de la situation des droits de l’homme au Togo, depuis le 2ème cycle en 2016 avec les ambassadeurs.

L’EPU est un mécanisme qui donne à tous les Etats, l’occasion de déclarer les mesures qu’ils ont prises  pour améliorer la situation des droits humains dans leur pays et pour surmonter les obstacles à l’exercice de ces droits.

L’objectif final de cette pré-session est de s’assurer que les recommandations faites lors de l’examen sont objectives, précises et cohérentes vis-à-vis de la situation des droits de l’homme au Togo.

Pour madame Nargiz  ARUPOVA, directrice de Programme d’UPR-Info,   le rôle essentiel de la société civile à l’EPU a été expressément reconnu par la communauté internationale ainsi que dans la résolution qui a créé le mécanisme.

Elle a également invité les participants présents à un dialogue franc et sincère afin d’identifier les mesures à prendre pour traiter les problèmes de droit de l’homme.

L’occasion pour monsieur Yaovi SRONVIE, président par intérim de la CNDH de rappeler qu’à l’issue de la présentation du rapport national au titre du 2ème cycle de l’EPU, le 31 octobre 2016, 195 recommandations ont été formulées par les Etats membres et observateurs.

Par ailleurs-il a précisé que 167 recommandations ont été acceptées et 28 ont été notées par le Togo. Pour finir il a ajouté que cette pré-session est une opportunité pour les corps diplomatiques  et consulaires de récolter des informations sur la situation des droits de l’homme.

Au sortir de cette rencontre les participants seront édifiés sur les progrès accomplis par le Togo dans la mise en œuvre des recommandations du Conseil des droits de l’homme, les difficultés rencontrées et les perspectives en matière de droits de l’homme pour les cinq prochaines années.