Les femmes africaines œuvrant dans le secteur maritime, regroupées dans WIMAFRICA (African wouen in maritime organistion) tiennent leur troisième conférence et assemblée générale les 15  et 16 novembre 2021 à Lomé.

Les travaux de cette rencontre régionale qui se veut un cadre de mise en valeur de la place de la femme africaine dans l’économie maritime et aéroportuaire ont été ouverts le lundi 15 novembre 2021 par le ministre Edem Kokou TENGUE de l’économie maritime du Togo, représentant la Cheffe du gouvernement Victoire Tomégha-Dogbé.

«Economie bleue et ZLECAF : une opportunité pour les femmes du secteur maritime » est le thème qui réunit plus d’une centaine de participants en majorité des femmes, en présentiel et par visioconférence. Cette réunion continentale prône le renforcement des capacités, la coopération et le développement de l’entreprenariat des femmes africaines du secteur.

Les échanges permettront de mettre en exergue la participation de ces dernières sur tous les aspects de l’économie bleue et de la ZLECAF ; notamment en matière de politique, de plaidoyers et de prise de conscience des défis maritimes et commerciaux. Il s’agira aussi de promouvoir le renforcement de capacités et l’emploi des femmes dans tous les domaines du secteur maritime et de la Zone de libre échange Continentale Africaine (ZLECAF).

Les thématiques comme  la ZLECAF, enjeux et perspectives pour les femmes du secteur maritime ; économie bleue, enjeux et perspective ; impact de la covid-19 sur les activités maritime et portuaires ; égalité homme/femme et promotion du leadership féminin dans le secteur, seront abordées à ce rendez-vous.

La question du réchauffement climatique impact considérablement les mers et les océans. Pour le Ministre Edem Kokou TENGUE en charge de l’économie maritime du Togo, la ZLECAF et les mers constituent la frontière pour des nouvelles opportunités du développement. Un défi à relever pour les femmes vu leur positionnement dans le commerce sur ces deux frontières, selon lui.

Le patron des eaux du Togo a profité de l’occasion pour faire des plaidoyers à l’endroit des ces dernières en les invitant entre autres à mettre au cœur de leur agenda la ratification de la charte sur la sécurité et la paix sur les océans et les eaux par tous les pays membres de leur association ; et la question de durabilité des solutions, la pollution, l’érosion côtière, et destruction des ressources halieutiques etc.

Avant de féliciter l’association WIMAFRICA pour le travail abattu depuis sa création, le ministre a émis le vœu que ces femmes travaillent pour contribuer à ce que l’Afrique se dote d’une politique continentale sur le libre échange,

La cérémonie d’ouverture a permis à la présidente continentale sortante de WIMAFRICA madame Jean Chiazor Anishere SAN, de passer la main à madame Yevona Akuété ADANLETE LAWSON du Togo pour présider l’organisation pour un mandat de trois (03) ans.

Les autres membres du bureau seront présentés à l’issue de l’assemblée générale de l’association qui se tiendra au cours des deux jours de travaux.

African women in maritime-WIMAFRICA est une organisation à but non lucratif créée pour répondre à l’appel de légalité des sexes, de l’autonomisation des femmes ainsi que pour établir une coopération de développement de l’entreprenariat des  femmes africaines dans le secteur maritime ; avec pour mission d’encourager et stimuler le parti du genre dans le secteur maritime et les domaines connexes à travers l’Afrique.

Elle compte vingt cinq (25) pays d’Afrique (francophone, anglophone et lusophone) dont le Togo.