Une réunion hybride (présentiel et visioconférence) sur les avancées de la mise en œuvre des protocoles des Nations Unies sur l’apatridie en Afrique du centre et de l’ouest se tient du 02 au 04 novembre 2021 à Lomé. La rencontre est une initiative de l’Agence des Nations Unies pour les refugiés (UNHCR) en collaboration avec la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) et la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest). 

D’ici 2024 tous les pays du monde devraient éradiquer ou diminuer au maximum les questions de l’apatridie selon les conventions des Nations Unies de 1954 relative au statut des apatrides et de 1961 sur la réduction des cas d’apatridie et autres protocoles. A cette question, plusieurs avancées notables sont notées au niveau des pays qui ont ratifiés ces textes. 

Les pays de l’Afrique centrale et de l’ouest veulent mettre le cap. La réunion de Lomé constitue une occasion aux gouvernements, points focaux du HCR sur l’apatridie et les commissions de la CEDEAO et de la CEMAC, de partager les meilleures pratiques en matière de lutte contre ce phénomène ; de présenter les réalisations afin d’accroitre la dynamique de mise en œuvre des engagements pris lors du Segment de Haut niveau sur l’apatridie tenu à Genève en octobre 2019.

Il sera donc question pour les participants de discuter, et favoriser un accord sur les grandes lignes d’un Projet de loi-modèle régionale sur la détermination de l’apatridie, la protection des apatridies et facilitation de leur naturalisation.

Plusieurs recommandations vue l’évolution de mise en œuvre des accords dans chaque pays, devront sortir de la rencontre de Lomé.

L’atelier s’inscrit donc dans le cadre du 7ème anniversaire le 04 novembre prochain de la campagne mondiale pour l’élimination de l’apatride.

Madame Millicent MUTULI, directrice régionale au bureau régional de l’UNHCR pour l’Afrique centrale et de l’ouest prend part à cette rencontre par visioconférence. 

Les travaux de la rencontre prévue pour finir le jeudi 04 novembre ont été ouverts par le Ministre togolais, Kokouvi Pius AGBETOMEY, garde des seaux, en charge de la Justice.

Plusieurs avancées en matière de l’égalité homme et femme dans la transmission de la nationalité et dans la déclaration des naissances est une réalité au Togo. Aujourd’hui 13 pays de la CEDEAO dont le Togo (15 juillet 2021) ont ratifié les deux conventions internationales en matière de l’apatridie.