Les projets de coopération technique entre le Togo et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) sont au cœur d’un atelier national d’évaluation de mise en œuvre du 26 au 28 octobre 2021 à Lomé. Les travaux de la rencontre des acteurs impliqués ont été ouverts par le Secrétaire général du Ministère en charge de la santé du Togo, le docteur Kokou WOTOBE.

Les assises d’évaluation de ces projets s’inscrivent dans le cadre d’une meilleure connaissance des activités de coopération entre le Togo et l’AIEA à travers la présentation du rapport d’activités 2020. Elles visent à apprécier notamment le niveau d’ancrage des projets AIEA dans le dispositif institutionnel en place ; recenser les difficultés majeurs rencontrées pour arriver à des solutions; et envisager les perspectives pour une meilleure valorisation de cette coopération technique à court, moyen et long terme.

Les projets permettent de garantir au niveau national le non utilisation de l’atome à des fins guerrières, selon le professeur Agrégé Mazamasso TCHAOU, point focal AIEA Togo. Pour lui il est question d’accompagner le Togo dans l’harmonisation des pratiques nécessitant l’intégration de l’atome (le nucléaire) dans les différents domaines afin que ce molécule ne constitue pas un danger pour la population mais au contraire participe à son épanouissement.

Les participants, qui sont des experts et chefs de projets, devraient alors s’accorder durant les trois (03)  jours sur l’impact réel de chaque projet sur le citoyen au niveau national, et prendre connaissance des projets régionaux et internationaux pour développer des systèmes durables dans les différents domaines d’application nucléaire en faveur des populations.

Le Togo a signé son premier Programme Cadre National (PCN) en mars 2020. Ce programme qui couvre la période 2019-2025 définit les principaux secteurs d’activités pour lesquels les applications nucléaires peuvent jouer un rôle important pour le développement socioéconomique du pays.

Les domaines couverts sont notamment l’agriculture, l’élevage, les ressources en eaux, la radioprotection et la sureté nucléaire, la nutrition humaine, la médecine humaine et la lutte contre les insectes nuisible, etc.

Plus d’une dizaine de projets en cours d’exécution ou clos au niveau national seront présentés aux participants pour discussion et partages d’expériences et parvenir à des nouvelles bases pour mieux saisir les nouvelles opportunités qu’offre l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).