La restitution de l’évaluation des besoins des commerçants et commerçantes exerçant sur le corridor Lomé-Ouagadougou s’est déroulée le mercredi 13 octobre 2021 à la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) à Lomé par visioconférence.

Eliminer les obstacles transfrontaliers sur le corridor Lomé-Ouagadougou et tripler les échanges commerciaux intra-africains à l’horizon 2025, est l’objectif que poursuit l’atelier de restitution initié par la CCIT et ses partenaires techniques et financiers.

Le corridor Lomé-Ouagadougou pour les commerçants et commerçantes est confronté à des difficultés qui ne favorisent pas notamment le commerce transfrontalier et engendrent des coûts élevés sur les transactions. Tout cela est du à un manque d’harmonisation au sein de la région.  

Cette rencontre d’évaluation des besoins des commerçants exerçant sur l’axe Lomé-Ouagadougou se veut un cadre de mise en valeur du programme pour la Facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest (FEAO), entre le Togo et le Burkina Faso, selon  Josias Seyenam Yawo KAVEGE, Directeur de l’assistance aux Entreprises à la CCIT.

Le programme Facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest (FEAO) court jusqu’en 2023. Outre l’axe Lomé-Ouagadougou, il prend en compte Dakar-Bamako, Cotonou-Niamey, Abidjan-Ouagadougou, Tema-Ouagadougou, et Lagos-Kano-Dibya-Niamey.

Le projet a pour but d’améliorer les mesures de facilitation du commerce existantes dans ces corridors à travers trois composantes : Amélioration et mise en œuvre plus efficace des mesures de facilitation des échanges ; circulation plus efficace des marchandises le long des corridors sélectionnés ; et la réduction des obstacles auxquels se heurtent les femmes et les petits commerçants. .   

La rencontre a regroupé une trentaine d’acteurs du secteur formel, de la sécurité et d’associations au sein des corridors.