Le monde entier célèbre le mercredi 13 octobre 2021 la Journée internationale de la prévention des catastrophes. A cette occasion, le Ministre togolais, le Général Damehan YARK, de la sécurité et de la protection civile est revenu à travers un message livré en son cabinet la veille, sur pour les efforts du Togo en matière de réduction de la vulnérabilité de ses populations de plus en plus exposées aux risques de catastrophes.

L’édition 2021 est placée sous le thème «la coopération internationale pour les pays en développement afin de réduire les risques de catastrophes et les pertes dues aux catastrophes».

Cette journée consiste à promouvoir une culture mondiale de réduction des risques de catastrophes par la sensibilisation des gouvernants et des populations, à travers des thèmes spécifiques, afin de construire des nations et communautés résilientes.

Voici en intégralité le message du Ministre

« Mesdames et Messieurs ;

L’Assemblée Générale des Nations-Unies, par résolution 64/200 du 21 décembre 2009, a consacré le 13 octobre de chaque année, Journée internationale de prévention des catastrophes.

La célébration de cette journée consiste à promouvoir une culture mondiale de réduction des risques de catastrophes par la sensibilisation des gouvernants et des populations, à travers des thèmes spécifiques, afin de construire des nations et communautés résilientes. C’est une opportunité offerte à tous les acteurs qui œuvrent sur la problématique des risques de catastrophes, d’approfondir la réflexion sur les stratégies devant permettre de minimiser leurs effets dévastateurs sur la vie socio­économique, le cadre de vie et les écosystèmes fragiles.

Depuis près de deux décennies, le Togo, tout comme de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, fait face aux conséquences dévastatrices dues  à des aléas naturels et anthropiques majeurs tels que les inondations, érosion côtière, vents violents, feux de végétation, incendies, mouvements de terrain, pollutions, accidents technologiques, etc. La survenue de ces aléas est souvent accompagnée de dégâts matériels, d’importantes pertes économiques et parfois de pertes en vies humaines, impactant sérieusement les progrès de développement réalisés.

Dans le souci de réduire la vulnérabilité de nos populations de plus en plus exposées aux risques de catastrophes exacerbés par les effets des changements climatiques, le Gouvernement, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, a consenti beaucoup d’efforts pour mettre en place les mécanismes devant lui permettre d’y faire face et d’en limiter les effets. Cet engagement se traduit clairement à travers la feuille de route gouvernementale 2020-2025, qui met le développement durable et l’anticipation des crises futures au cœur des priorités du pays.

Il est à rappeler que depuis 2016, la communauté internationale célèbre cette journée avec une forte inclinaison pour la mise en œuvre des sept objectifs du cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes parmi lesquels :

– réduire considérablement le nombre de personnes touchées au niveau mondial par les catastrophes ;

– réduire les pertes économiques résultant directement des catastrophes au regard du produit intérieur brut.

L’édition de cette année se rapporte au thème : « la coopération internationale pour les pays en développement afin de réduire les risques de catastrophes et les pertes dues aux catastrophes».

L’importance de ce thème n’est plus à démontrer quand on sait que les catastrophes ne connaissent pas de frontières et peuvent frapper sans prévenir un ou plusieurs pays simultanément. Eu égard à cette donne, la coopération devient un outil indispensable et un précieux rempart pour les autorités nationales.

Une approche conjointe permet par exemple de mettre en commun l’expertise et les moyens de premiers secours, d’éviter la duplication des secours déployés et de garantir que l’aide fournie réponde bien aux besoins des personnes touchées.

Conscient de cette réalité, notre pays s’est résolument engagé dans un processus de développement qui intègre des actions de partenariat et de coopération bilatérale et multilatérale. En témoigne, sans être exhaustif :

-l’exécution du plan de riposte de notre pays face à l’urgence sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 en s’appuyant sur le partenariat mondial;  

-la gestion transfrontalière des inondations avec le Benin sur le fleuve Mono, avec le Ghana sur la rivière Oti, affluent de la Volta soutenue par la Banque Mondiale, l’Union Européenne, le Programme des Nations-Unies pour le Développement et les pays scandinaves pour l’implémentation des modèles de prévisions de crues notamment FEWS, FANFAR et FIJNES pour l’alerte en temps utile;

-la mise en place et l’opérationnalisation, en 2016, du dépôt régional de matériels d’urgence de Tsévié par l’Organisation internationale de la protection civile (OIPC) destinés aux Etats membres de la CEDEAO ;

– la tenue récemment à Lomé, du 28 au 30 septembre 2021, de la cinquième réunion africaine des directeurs généraux et directeurs de protection civile sous l’égide de l’OIPC ;

Au regard de ce qui précède, notre pays, pour sa part, s’engage à œuvrer avec détermination pour renforcer les actions de coopération dans le sens d’accroître la résilience des populations et particulièrement celles des communautés vulnérables face aux risques de catastrophes.

Pour finir, je formule le vœu que l’édition de cette année suscite un éveil des consciences et une attention particulière aux actions de coopération internationale en matière de réduction des risques de catastrophes à l’effet de renforcer la résilience des communautés face à ces risques de par le monde.

Vive la coopération internationale ;

Que Dieu bénisse le Togo

Je vous remercie. »