Fin du stage en médecine de catastrophe organisé à l’intention des élèves officiers médecins de la 8eme année de l’Ecole du service de santé des armées de Lomé (ESSAL)  le jeudi 8 juillet 2021 au centre de secours principal des corps de sapeurs-pompiers de Lomé.

Les étudiants de l’ESSAL ont bouclé leur stage en médecine de catastrophe démarré depuis le 28 juin dernier, ainsi les 38 étudiants qui ont participé à ce stage ont eu à démontrer à travers une mise en scène ce qu’ils ont appris dans les locaux des sapeurs-pompiers. Le but de l’exercice consiste à amener les officiers médecins stagiaires de 8è année à prendre en charge les victimes en mettant en place une chaine de secours médicalisée tout en assurant une coordination efficace entre les différents maillons de la chaine de secours.

Par une  simulation les étudiants ont démontré comment se fait l’intervention de la médecine des catastrophes. Il s’agit d’un attentat complexe dans une discothèque de la ville : explosion d’un kamikaze bourré d’explosifs suivi de tirs directs aux armes légères (kalachnikov et PA) ayant occasionné un afflux de nombreuses victimes avec plaies par arme à feu.

Ils sont donc  évalués, attesté et seront sollicités dans les services où les besoins de la médecine de catastrophe se feront sentir.

Rappelons  que La médecine de catastrophe, une discipline appartenant à la médecine d’urgence. Elle concerne des situations sanitaires impliquant un grand nombre de victimes. Tous les médecins quelle que soit leur spécialité et appartenance (civile ou militaire) peuvent se retrouver en situation d’avoir à apporter leur concours lors d’une catastrophe. Mais ce sont des médecins urgentistes qui sont en première ligne sans compter les indispensables paramédicaux et les sapeurs-pompiers.