L’Association Pépinière Internationale des Acteurs de Cinéma a organisé le mercredi 02 juin 2021 à Lomé, une rencontre culturelle du  7ème Art pour la capitalisation du thème du 34ème sommet de l’Union Africaine. Il s’agit pour l’association de réfléchir sur son programme de démarrage du processus « Professionnalisation et de l’industrialisation du Cinéma au Féminin »en Afrique et au Togo.

Le 7ème Art est un facteur de développement rapide pour un pays. C’est dans ce sens que l’Union Africaine lors de son 34ème sommet sous le thème « Art, culture et patrimoine pour l’édification de l’Afrique, nous voulons » a invité tous les pays à faire de ce secteur du cinéma un atout pour le développement du continent en finançant les projets du domaine. 

L’Association Pépinière Internationale des Acteurs de Cinéma l’a compris. Son programme de Professionnalisation et de l’industrialisation prend en compte 20 filles dans chaque région au Togo en métiers de techniques et artistiques cinématographiques notamment le cadrage, technique de prise de son et de montage, la réalisation, la mise en scène, l’écriture de scenario et autres. Leur formation est assurée par l’Ecole supérieure des études cinématographiques (ESEC) au Togo.

Il s’agit selon le promoteur du programme, le cinéaste Monama BOSSENDJU, de faire travailler les jeunes filles et les femmes cinéastes togolaises pour la réduction de disproportion genre dans les métiers techniques de Cinéma où la gente féminine est très minoritaire et celles qui s’y lancent finissent par lâcher faute des moyens et des pesanteurs sociaux malgré leurs compétences.

Le rencontre a aussi permis d’encourager 13 jeunes filles parmi les 20 inscrites au programme à Lomé par le couronnement de la Reine Elite du Cinéma au Féminin en Afrique en la personne de Mademoiselle Kotsofê Abla KOTOUTOU ; et des ambassadrices du Cinéma au Féminin en Afrique. Elles ont pour mission de hisser le cinéma au féminin au Togo et en Afrique par les tournages de films documentaires, de fictions et séries télévisées avec des équipes techniques composées essentiellement des femmes et jeunes filles.

Les ambassadrices ont déjà en gestation un projet d’une série télévisée de 26 épisodes dans le cadre de la campagne africaine contre la cybercriminalité.