Le projet «Renforcement des capacités des communes en assainissement total et inclusif (SAO-CWIS et Africap)», a été lancé le vendredi 21 mai 2021 à Lomé au cours d’un atelier organisé par la Société Togolaise des Eaux (TDE) et l’Association africaine de l’Eau (AAE). L objectif est de parvenir à l’accès pour tous aux systèmes d’assainissement. 

La population totale du globe, surtout urbaine doublerait d’ici 2030 ; environs 5,5 milliard selon la Banque mondiale. Le phénomène sera plus accentué en Afrique et Asie. 

L’accès à l’eau potable et à l’assainissement sera un défi quotidien à relever pour de milliers de citadins, surtout en Afrique subsaharienne où actuellement 565 millions de personnes n’ont pas accès à des équipements sanitaire adéquats.

Pour répondre à ces enjeux l’Association Africaine de l’Eau (AAE) et la Société Togolaise des Eaux (TDE) avec ses partenaires tentent de développer plusieurs modèles et approches de solutions d’assainissement autonome qui concerne 90 %  de la population africaine.

L’une de ces solutions est la mise en œuvre du projet «Renforcement des capacités des communes en assainissement total et inclusif (SAO-CWIS et Africap)».

Le projet lancé ce jour  touchera 52 villes dans 14pays d’Afrique dont le Ghana, Burkina Faso, Cameroun…et le Togo (les Communes du Golfe 5, Ogou1,Tchaoudjo1). Il va atteindre l’assainissement universel pour toute la population des villes ciblées.

Il s’agit d’identifier les acteurs clés de l’assainissement au niveau régional, national et communal; présenter clairement le projet dans toutes ses composantes et articulations, son plan d’action à court et moyen terme, et les engagements des parties impliquées. 

Le projet financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et la Fondation BILL et MELINDA GATES d’une valeur de trois millions cinq cents (3 500 000) US Dollars soit plus de 1,5 milliards de F CFA sur la période 2019-2023, va renforcer les capacités des opérateurs et contribuer à l’amélioration de l’accès aux services d’assainissement adéquats dans les villes d’Afrique ciblées.

Les cinq composants pris en charge par le projet sont : renforcer la gouvernance de l’AAE pour une meilleure délivrance de sa mission, renforcer les capacités de plus de 300 opérateurs dans plus de 30 villes, adopter des approches et technologies innovantes d’assainissement dans au moins 6 pays, travailler à la mise en place d’un environnement favorable au CWIS dans ces villes, et renforcer le leadership de plus de 400 femmes dans le secteur.

Le projet prend aussi en compte la gestion en toute sécurité des déchets humains.

Le gouvernement togolais est conscient des défis majeurs à relever dans le secteur. Le projet a été lancé officiellement par le Directeur de cabinet du Ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise du Togo, M.  Affo Boni ADJAMAH au nom de son ministre de tutelle. Selon lui, au Togo, 7 % de la population en milieu rural contre 29 % en milieu urbain ont un accès basique en assainissement.«L’accès à l’eau potable, à un assainissement adéquat et aux bonnes pratiques d’hygiènes constituent un enjeu majeur pour préserver la santé publique et garantir un bien-être socio-économique»,a-t-il ajouté. 

Le Directeur général de la TDE Gbati YAWANKE WAKE, le Coordonnateur de l’AAE Gilles DJAGOUN et le Maire de la Commune Golfe 5 Kossi ABOKA étaient présents au lancement.