La 13ème réunion des chefs des services de renseignement et de sécurité de l’initiative d’Accra est ouverte le jeudi 22 Avril 2021 à Lomé.

Cette réunion a regroupé  des experts des forces de l’ordre et de la défense venant de sept pays  de la sous-région : le Bénin, le Burkina Faso, la Coté d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger et le Togo.

Cette assise de deux jours vise à relancer les activités de l’initiative d’Accra  qui ont été interrompues à cause de la pandémie  à coronavirus  et à faire face collectivement et de façon concertée aux enjeux  sécuritaires qui se posent à ces Etats.

Au cours des travaux les experts vont discuter de la participation de l’initiative d’Accra au séminaire CIVILPOL prévu à Abidjan en juin 2021. Ils vont également organiser les consultations bilatérales entre les pays membres.

L’occasion pour monsieur TCHAKPELE AKLI-ESSO, directeur général de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) de préciser que les recommandations de la 12ème réunion des experts tenue à Bamako du 13 au 15 janvier 2020 ont connu une mise en œuvre difficile. Il a ajouté  avant de terminer ses interventions que cette difficulté a permis aux criminels notamment aux terroristes de poursuivre leur pression et de projeter aussi  à atteindre les côtes atlantiques.

Dans son discours d’ouverture, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général de Brigade Monsieur YARK Damehame, a encouragé les participants présents à apporter leur pierre à cet édifice commun qui est la paix et la stabilité de leurs pays.

Le Ministre n’a pas manqué de les inviter à avoir des discussions franches et sincères sur ce sujet et à faire des propositions qui devront être validées par la prochaine réunion ministérielle en vue de servir désormais de guidelines aux différents partenariats que l’Initiative d’Accra pourrait entretenir.

Pour clore ses propos, le Général de Brigade a rendu un hommage mérité au président togolais S.E. Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, qui porte une attention particulière aux questions de paix et  de sécurité, non seulement dans notre pays mais aussi et surtout dans la sous-région ouest africaine.