Un atelier de dissémination du rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo est organisé le mercredi 16 décembre 2020 à Lomé, à l’endroit des organes de contrôle et de régulation, organisations de la société civile et le secteur privé. C’est une initiative de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et des infractions assimilées (HAPLUCIA) au Togo.

Il s’est agi de partager avec les premiers partenaires de cette structure autonome dans la noble et délicate mission de lutte contre le fléau de la corruption, le rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo.

Ce rapport renseigne sur la perception de la corruption par les togolais, les causes principales de la corruption au Togo, les personnalités politiques et les agents publics les plus exposés au risque de corruption, les secteurs les plus vulnérables au fléau, ainsi que sur le coût de la petite corruption qui écorne l’image du Togo.

A en croire le président de HAPLUCIA, monsieur  Essohana WIYAO ce premier atelier est destiné aux acteurs impliqués dans la lutte contre la corruption. Ce rapport d’étude, constitue la pierre de l’angle, pour l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, qui sera l’activité principale de l’institution au cours de l’année 2021 a-t-il ajouté.

L’étude de ce projet a couté un budget de 80.984.400 Francs CFA, financé par le budget de la jeune institution, HAPLUCIA avec l’appui du Programme des nations unies pour le développement (PNUD).