Promouvoir l’agroécologie au détriment de l’agriculture conventionnelle est l’objectif que poursuit le Secaar (Service chrétien d’appui à l’animation rurale), à  travers sa politique de développement agroécologique. L’organisation vient de lancer le vendredi 04 décembre 2020 au centre CESAL à Lomé un manuel de bonnes pratiques agroécologiques, lors d’une cérémonie de présentation du document à ces organisations sœurs et acteurs du monde agricole et environnemental.

Le manuel sur les bonnes pratiques agroécologiques du Secaar est un document  de 174 pages, subdivisé en deux parties notamment  les notions fondamentales de l’agroécologie et les pratiques agroécologiques.

C’est donc un recueil d’expériences de l’organisation auprès des communautés rurales du Togo et du Bénin dans le cadre de la mise en œuvre de son programme de promotion de la sécurité alimentaire (2013-2015) et celui de promotion de la souveraineté alimentaire et fermes agroécologiques (2016-2018) dans ces deux pays voisins.

Le manuel constitue une contribution du Secaar, selon son secrétaire exécutif M. Simplice AGBAVON, à la transition agroécologique avec une approche holistique basée sur différents principes techniques et étique.

Le recueil a identifié quinze (15) pratiques, regroupées en trois (03) catégories, d’ordre technique (compostage, agroforesterie..), sociale (plaidoyer et recherches..) et enfin d’ordre économique (vente directe et circuit court..). 

A terme il s’agira de réorienter l’agriculture dans sa production naturelle pour nourrir en quantité, de façon saine et sans danger les êtres humains.