Un atelier national sur la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) est tenu le jeudi 03 décembre 2020 à Lomé.

Cette cérémonie s’inscrit dans le cadre du processus d’évaluation du rapport d’Etude  d’Impact Environnemental et Social et des consultations publiques  sur le projet dénommé « Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) phase 1 » consternant les 130 hectares de l’Etat.

Ce projet a connu trois phases à savoir la phase standard où un consultant à travailler sur le projet et à faire un rapport. Par contre la deuxième phase consiste à faire des comptes d’expertises de ce rapport et a réuni tous les représentants des populations pour étudier le rapport et le valider. L’étape de clôture de cette phase de consultation permettra de se prononcer et d’adopter le projet pour que l’Etat puisse commencer la phase de construction.

Selon le directeur général du cabinet JAT, monsieur AGBEMELO Joël, le cabinet a travaillé d’une façon inclusive et participative avec les populations de la plateforme industrielle. Il avance qu’un accent particulier a été mis lors des consultations publiques sur la santé et la sécurité des riverains. Pour finir ses propos, il a déclaré que la mise en place des panneaux de signalisation et la sensibilisation des riverains sur la présence des camions qui font des entrées et des sorties  dans la zone, sont quelques mesures préconisées dans le rapport afin de protéger et d’assurer les citoyens contre des risques qui sont inhérents aux activités du chantier de la plateforme industrielle.   

Monsieur ADADJI Koffi EFANAM, directeur général d’Agence Nationale de Gestion de l’Environnement ANGE, a affirmé que  le projet PIA est un projet de l’Etat qui est soumis aux normes nationales et internationales.

Cette rencontre a permis au  préfet d’Agoenyivé, le colonel Hadabalo AWATE de préciser que ce  projet consiste à soumettre le rapport aux participants afin d’analyser les impacts positifs et négatifs de cette plateforme industrielle. Il a également souligné que des propositions, des observations et des suggestions seront faites au cours de cet atelier pour  minimiser les  impacts négatifs sur le plan social et environnemental et vont enrichir  ce rapport.

Pour rappel les populations du village d’Akplomé,  de Dzové, de Lomégnokopé, d’Adoglové ont adhéré au projet.