Le monde entier observe le jeudi 03 Décembre, la Journée Internationale des Personnes en situation de Handicap. A cette occasion la ministre en charge de l’Action Sociale, Madame Adjovi  Lonlonyo  Apédoh-Anakoma a livré un message, le lundi 30 novembre 2020  à son cabinet à Lomé en prélude à la célébration de cette journée. Dans son message de circonstance, la Ministre invite la population à éviter toute discrimination à l’endroit des personnes vivant avec un handicap. Cette 28e édition en pleine crise sanitaire est placée sous le thème : «  mieux reconstruire : vers un monde post-covid 19 inclusif, accessible et durable pour les personnes handicapées ».

Voici en intégralité le message de Madame la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation Adjovi Lonlonyo APEDOH-ANAKOMA  :

« Mesdames et Messieurs,

Ce 03 décembre 2020, le Togo, à l’instar des autres pays du monde entier, célèbre la 28ern; édition   de la Journée Internationale des Personnes Handicapées.

Cette journée instituée par la résolution 47.3 du 07 Octobre 1992 des Nations Unies constitue un repère incontournable dans la prise en compté effective des droits de cette couche vulnérable, souvent victime de discrimination et de marginalisation.

Célébrer une journée dédiée aux personnes handicapées revient d’une part à sensibiliser les communautés sur les droits et les besoins spécifiques de ces personnes, et d’autre part, à favoriser leurs intégration et accès à la vie économique, sociale et politique.

C’est donc l’opportunité pour les gouvernements, les organisations œuvrant dans le domaine du handicap et les communautés, de renouveler leurs engagements pour l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées et d’envisager des perspectives novatrices devant favoriser leur contribution  pleine et effective   à la vie de la société.

Pour l’édition 2020, le thème retenu par la communauté internationale est :

« Mieux reconstruire : vers un monde post COVID-19 inclusif, accessible et durable pour les personnes handicapées »

Par ce thème, l’accent est mis sur la participation des personnes handicapées au processus de développement dans un esprit inclusif, en harmonie avec l’agenda mondial de développement.

Il s’agit d’identifier des solutions idoines et novatrices aux défis auxquels sont confrontées les personnes handicapées et leurs familles pendant et après la pandémie de covid 19, au vu des conséquences néfastes qu’engendre cette crise sanitaire sur leur survie.

Cela implique la prise en compte des préoccupations des personnes handicapées, de leurs proches et de leurs organisations représentatives dans la conception, la planification, la mise en œuvre et le suivi-évaluation de toute initiative de développement tant en situation normale qu’en période de crise, et post crise.

Dans le cas d’espèce, la solidarité dont nous ferons montre, permettra aux personnes handicapées de surmonter plus facilement les chocs causés par la COVID-19 et au-delà.

Le handicap est reconnu comme une question intersectorielle et transversale dans les domaines de l’éducation, de la croissance économique et de l’emploi, de l’accessibilité dans les villes et des établissements humains.

Ceci suppose donc une approche concertée pour faire face plus efficacement à la question du handicap dans notre société, de façon durable.

Mesdames et Messieurs,

Le handicap, déficience qui limite un groupe de citoyens dans la réalisation de certaines tâches quotidiennes, survient par la force des choses. Cela voudrait dire que chacun est une personne handicapée potentielle.

Dans le monde, le nombre de personnes handicapées est estimé à plus d’un milliard, selon l’OMS, dont 20% d’entre elles vivant avec de grandes difficultés fonctionnelles au quotidien.

Au Togo, selon les perspectives démographiques (2011-2031) réalisées par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED), les personnes handicapées sont estimées en 2015 à 2,2% de la population nationale, soit 152 502 personnes.

L’enquête MICS6 2017 de son côté, précise qu’elles se retrouvent globalement, dans la tranche de 18 à 49 ans, toutes catégories confondues.

Toutefois ces statistiques nationales paraissent en deçà de la réalité dans la mesure où les personnes handicapées subissent parfois une forme de réclusion à domicile et, de ce fait, peuvent ne pas être prises en compte lors de la conduite des campagnes de recensement.

Je voudrais saisir cette occasion pour lancer un appel aux parents à ne pas cacher les enfants handicapés, mais plutôt à les mettre en apprentissage dans les centres spécialisés. J’invite également les communautés à abandonner les pratiques traditionnelles néfastes et les pesanteurs socioculturelles qui ont un impact négatif sur la vie des personnes handicapées.

Ces dernières doivent être considérées comme une composante de la population, habilitée à jouir des mêmes droits, avantages, privilèges, services et respects que les autres, et à qui incombent également les mêmes devoirs et responsabilités.

Mesdames et Messieurs,

Le Togo, notre pays en ratifiant la Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées le 1er mars 2011 a confirmé son entière disponibilité pour l’inclusion effective des personnes handicapées.

C’est ainsi que le gouvernement a mis en place des dispositifs parmi lesquels on peut mentionner :

♦    Au plan juridique

  • La loi n°2004-005 du 23 avril 2004 relative à la protection sociale des personnes handicapées, qui est aujourd’hui dans une phase de révision pour la rendre conforme à la convention ;
  • la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant et de la convention relative aux droits de l’enfant, le 1er août 1990
  • la loi n°2007-017 du 06 juillet 2007 portant code de l’enfant. Ce code reprend en son article 258 le droit à l’éducation, à la rééducation et à la formation professionnelle
  • le décret n°2010-100/PR du 04 août 2010 fixant les normes et standard applicables aux structures d’accueil des enfants vulnérables au Togo.

♦    Au plan institutionnel et stratégique

  • La création d’un centre national d’appareillage orthopédique en 1974
  • la création en 1996 d’une direction technique en charge des questions relatives aux personnes handicapées ;
  • le Plan National de Développement (PND) dont l’axe 3 est  relatif à la consolidation   du   développement   social    et   au   renforcement   des mécanismes d’inclusion ;
  • l’élaboration de la Stratégie nationale de protection et de promotion des personnes handicapées qui met un accent particulier sur la protection, la promotion et l’inclusion des personnes handicapées ;
  • Le  Plan  sectoriel  de  l’éducation  qui  prend  en  compte  l’éducation
    inclusive ;

♦    Au plan opérationnel :

-La  mise  en  œuvre  du  programme  national  de  solidarité  dénommé
« NOVISSI”   pour   accompagner   les   couches   vulnérables   dont   les personnes handicapées dans la riposte contre la COVID-19 ;

-La distribution des kits alimentaires, des kits d’hygiène et de protection aux personnes handicapées durant cette crise sanitaire, et bien d’autres…

Je voudrais ici, rendre un hommage bien mérité au Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé dont le leadership exemplaire a permis de connaître ces avancées notables dans la protection et la promotion des personnes handicapées dans notre pays.

Je renouvelle également la gratitude du gouvernement à la Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées (FETAPH), faitière de toutes lesassociations de personnes handicapées et partenaire privilégié de notre département, pour son engagement constant, et son action remarquable sur le terrain aux côtés de nos frères et sœurs handicapés.

J’exprime aussi ma reconnaissance à tous les autres partenaires qui, chaque jour et sans relâche, contribuent pour l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées.

Quant à vous, chers concitoyens en situation de handicap, je vous demande de vous concentrer sur vos capacités et vos potentialités. Elles vous permettront j’en suis sûre, de participer sur un même pied d’égalité avec vos frères et sœurs au processus de développement socioéconomique de la nation.

Mesdames et messieurs,

Jenous invite tous à l’occasion de la célébration de cette journée, à avoir un regard bienveillant envers les personnes handicapées dans nos communautés, à les soutenir, à éviter toute discrimination à leur endroit.

Aidons-les surtout à surmonter la crise sanitaire qui sévit actuellement.

Vive la solidarité nationale

Vive l’inclusion sociale des personnes handicapées,

Ensemble pour la réduction des inégalités à l’horizon 2030,

Bonne célébration à tous. »