Une cérémonie de clôture de la rencontre d’échanges et de partage entre les  populations  d’Adétikopé et l’Agence Nationale de Gestion  de l’Environnement (ANGE) s’est tenue  le samedi 28 novembre 2020 à ADOGLOVE dans la préfecture d’Agoèyivé en présence du préfet d’Agoenyivé, colonel Hadabalo AWATE ; les chefs traditionnels, les leaders d’opinion, les CVD et les CCD.

Une tournée de consultation de cinq jours  a permis de réunir les populations du village d’Akplomé,  de Dzové, de Lomégnokopé, d’Adoglové, entend implanter les industries de production et de transformation en zone franche.

Cette consultation s’inscrit dans le cadre du processus d’évaluation du rapport d’Etude  d’Impact Environnemental et Social et des consultations publiques  sur le projet dénommé « Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) phase 1 » concernant les 137 hectares de l’Etat.

Au cours du sondage, les questions de risques sur les 137 hectares réservés pour l’Etat, de la pollution de l’air, des eaux usées et brassicoles ; des poussières, de problèmes fonciers, la création des emplois indirects et directs étaient au centre  de ces rencontres.

Les enquêtes socio-économiques ont été faites par le cabinet JAT Consulting.

Ces visites ont permis aux autorités de recevoir des avis, recommandations, suggestions, et propositions des riverains afin de trouver des solutions face au problème des impacts négatifs de ce projet.

Monsieur ADADJI Koffi EFANAM, directeur général d’ANGE, s’est réjoui de la rencontre et a souligné que  la population été attentive  à leur message. L’occasion pour le premier responsable de cette agence  autonome d’expliquer aux citoyens d’Adétikopé de ne pas confondre l’extension en cours au projet PIA. Il n’a pas manqué de confirmer que les mesures atténuantes, correctives et de compensation des valeurs seront apportées aux impacts négatifs de ce projet. Pour clore  ses propos, le directeur général a affirmé que les populations ont adhéré à cette plateforme industrielle. La deuxième phase de ce projet prévoit un atelier de validation  qui sera organisé le 03 décembre  à Lomé  en collaboration avec un comité  ad hoc.