Un atelier de validation du rapport de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) s’est ouvert le vendredi 8 avril 2016 à Lomé. Les participants vont jeter un regard critique sur le rapport élaboré par un comité après le passage du premier cycle de l’Examen Périodique Universel EPU en 2011 avant de l’adopter.

L’examen périodique Universel, EPU est un nouveau mécanisme de défense des droits de l’homme qui permet au Conseil des Droits de l’Hommes des Nations Unies d’examiner sur une base périodique, le respect des obligations et des engagements souscrit dans ce domaine par les 192 Etats membres de l’organisation mondiale.

Le Togo a été soumis aux exigences de l’EPU en 2011. Quatre ans après, le second passage s’imposa. C’est pour préparer cette étape que les 90 participants issus des ministères impliqués, les organisations de défense des droits de l’homme de l’enfant, de la femme, des personnes handicapées et des ONG passent au peigne fin le rapport de la CNDH qui, selon la vice présidente Mme AIDAM Akouavi Célestine souligne que le Togo a fait des efforts.

Selon le directeur de cabinet du Ministère de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République EGBETONYO Kossivi, les avancées du Togo en matière des droits de l’homme découlent des importantes réformes opérées par le gouvernement surtout en matière pénale.