Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo  (CACIT) en collaboration avec l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) et L’Union Européenne a organisé une rencontre d’échanges entre les officiers de l’armée, de la gendarmerie, de police et la société civile pour la prévention des violences policières le jeudi 5 novembre 2020 à Lomé.

Le rencontre vise le renforcement de  la culture du respect des droits de l’homme dans le maintien de l’ordre par les forces de sécurité et de Défense.

Le Togo, dans ces efforts de promotion et de protection des droits de l’homme à ratifier plusieurs instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l’homme dont le pacte international relatif aux droits civiles et politiques, la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants, et son protocole.

Ces différents instruments font obligation à l’Etat de prendre des mesures pour lutter efficacement entre autres contre la torture et autres traitements cruels, inhumains, dégradants et l’usage excessif de la force par les forces de l’ordre et de sécurité dans le cadre des différentes opérations de maintien de l’ordre.

Ainsi le cadre juridique a été amélioré ; la loi N°2011-010 du 16 mai 2015 a fixé les conditions d’exercices de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques et le décret n°2013-013 portant règlementation du maintien et du rétablissement de l’ordre public définit les responsabilités de chacun.

Selon le représentant de l’Union Européenne, monsieur Hugo Van TILBORG, le respect des droits de l’homme est le pilier de l’instauration de la démocratie.

La cérémonie a été présidée par le président du CACIT, Maître Claude Kokou AMEGAN, le représentant du ministre des droits de l’homme, et le représentant du ministre de la sécurité et de la protection civile.