Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Général YARK Damehame témoigne la solidarité du gouvernement aux  concitoyens victime de diverses catastrophes notamment des inondations à travers un discours qu’il a adressé en différé à la population Togolaise le jeudi 15 octobre 2020 à Lomé. C’était à  l’occasion de la célébration de la journée internationale de la prévention des catastrophes le 13 octobre de chaque année.

Au Togo, l’année 2020 qui tire à sa fin a été marquée par des inondations notamment dans le nord du pays. De grandes pluies occasionnant des crues d’eau ont délogé plusieurs de nos concitoyens. A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la prévention des catastrophes, le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Général YARK Damehame, réitère la solidarité des autorisées togolaises aux familles, victimes d’inondation.  

Le Togo en vue de réduire les risques de catastrophes au depuis des années 2007, a mis en place des actions et stratégies. Et pour mieux prévenir et gérer les catastrophes, le ministre YARK exhorte les élus locaux à accompagner le gouvernement dans cette lutte.

La journée internationale de prévention des catastrophes est instituée depuis 1990 par l’assemblée générale de l’ONU et le thème de cette année est «
gouvernance des risques de catastrophes ». Elle vise à sensibiliser et à éveiller les consciences pour mieux lutter contre les catastrophes.

Voici en intégralité le message du ministre de la sécurité et de la protection civile, le Général YARK Damehame à cette occasion : «

Mesdames et Messieurs,

Le 13 octobre de chaque année, est consacré depuis 1990 comme Journée
Internationale de Prévention des Catastrophes par l’Assemblée Générale de
l’ONU. A cette occasion, toutes les initiatives visant à changer aussi bien le
paradigme qu’à intégrer des efforts de prévention de catastrophes dans le
monde entier – comme un moyen de réduire les effets de ce phénomène sur
les communautés vulnérables – sont encouragées.

Cette journée est dédiée à la promotion de la culture de réduction ; à
l’adoption des mesures plus efficaces de prévention, d’atténuation et de
préparation face aux risques de catastrophes qui n’épargne aucun pays et,
dont il n’est plus besoin de rappeler les effets néfastes sur la vie des
populations et sur les efforts consentis en terme de développement.

C’est l’occasion de rendre grâce à Dieu et de témoigner ma gratitude  au Chef de l’Etat Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE pour le
leadership et la vision pragmatique avec lesquels il oriente les actions de
notre pays en cette matière avec pour finalité de minimiser les impacts des
catastrophes sur nos populations.

En cette année 2020 où la communauté internationale célèbre la journée
internationale de la prévention des catastrophes dans le contexte particulier
de la pandémie de la COVID-19, mes pensées vont spécialement aux
populations qui ont présentement leurs pieds, maisons et cultures dans les
eaux et surtout aux victimes de toutes sortes de situation d’urgence à qui
l’ensemble du gouvernement témoigne par ma voix toute sa solidarité et sa
compassion.

Conscient des graves et imprévisibles conséquences des catastrophes, notre
pays s’est résolument engagé dans un processus de maîtrise progressive des
instruments et actions destinés à en limiter les effets.

La célébration de cette journée nous offre l’opportunité pour sensibiliser gouvernants et populations sur l’importance de la réduction des risques de
catastrophes afin d’accroître la résilience de nos communautés. C’est aussi le lieu d’appeler à la conscience collective et individuelle et à la nécessité  de promouvoir les meilleures pratiques dans tous les secteurs à travers une
gouvernance participative, inclusive et partagée pour y parvenir.

Il convient également de souligner que depuis 2016, la communauté
internationale célèbre cette journée en poursuivant sa campagne de mise en
œuvre des sept objectifs du Cadre de Sendai. Pour cetteannée, l’objectif 5 :
« augmenter substantiellement le nombre de pays ayant mis en place
des stratégies nationale et locale de réduction des risques de
catastrophes d’ici à 2020 »
, est à l’honneur, avec pour thème «
gouvernance des risques de catastrophes » pour les prévenir et les gérer
au mieux.

En effet, s’il est reconnu que les changements climatiques sont une des
causes majeures des catastrophes, les actions humaines favorisant la
dégradation de l’environnement, l’urbanisation rapide et non contrôlée,
l’occupation anarchique de l’espace et des zones à risques ont aussi leur part
de responsabilité.

Le Togo, pour sa part, après la mise en place de sa plateforme nationale de
réduction des risques de catastrophes en 2007 ainsi que 22 plateformes
locales, a élaboré en 2009, sa première stratégie nationale en la matière.
Actualisée en 2013, elle a pour objectif d’accroître la résilience du pays face
à ce phénomène à travers entre autres :

– la promotion de la prise en compte de réduction des risques de
catastrophes dans les instruments nationaux et sectoriels de planification
de développement;

– la promotion de l’éveil national de la culture de réduction des risques de
catastrophes et menaces ;

– la prise en compte de cette thématique dans la réalisation de grands
travaux d’investissement.

Il sera à nouveau, procédé à l’actualisation de cette stratégie nationale afin
de l’arrimer aux nouveaux outils internationaux et nationaux de
planification du développement que sont notamment les Objectifs de
Développement Durable (ODD) ; le Cadre de Sendai pour la réduction des
risques de catastrophes et le Plan National de Développement (PND).

Tout en saluant la décentralisation effective dans notre pays, j’encourage
vivement les autorités locales à s’approprier la préoccupation nationale de
prévention des catastrophes dans leurs ressorts territoriaux respectifs. A cet
effet, un guide pratique est en cours de finalisation à leur usage au profit des
populations à la base.

Je voudrais également saluer l’engagement et la persévérance de tous les
acteurs (étatiques, ONGs, etc.) et plus particulièrement nos différents
partenaires techniques et financiers notamment le Système des Nations
Unies et la Banque Mondiale, qui s’investissent dans la réduction des
risques de catastrophes, pour leur soutien constant qui ne nous a jamais fait
défaut.

Par ailleurs, j’invite tous ces acteurs, chacun en ce qui le concerne, à tout
mettre en œuvre pour la réussite de cette journée internationale de
prévention des catastrophes dans le strict respect des mesures barrières.

En fin, je nourris l’espoir que de cette journée et des jours à venir, sortiront
des recommandations et une feuille de route pour une prise en compte­
effective et efficace de la thématique de réduction des risques de
catastrophes dans notre vécu quotidien afin d’accroître la résilience des
communautés.

JE VOUS REMERCIE »