Un atelier technique national sur les résultats et recommandations de l’évaluation des capacités et des besoins en matière des préservations aux inondations et à la sécheresse dans le Bassin de la Volta, a réuni pour deux (02) jours les acteurs impliqués dans la gestion des inondations et de la sécheresse.

Les travaux de cette rencontre initiée par l’Autorité du Bassin de la Volta ont été ouverts le lundi 21 septembre 2020 à Lomé. L’atelier se situe dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Intégrer la gestion des inondations et de sécheresse et l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta».

Les participants, une soixantaine, vont partager des résultats et recommandations issus d’une enquête menée en novembre dernier sur les phénomènes de l’inondation et de la sécheresse dans le bassin.

Les différentes acteurs vont passer aux peignes fins le document directeur et faire des propositions en vue de disposer à terme d’un système d’alerte précoce et efficace, selon le Docteur Rafatou FOFANA, représentante du directeur exécutif de l’Autorité du Bassin de la Volta.

Il sera ensuite évaluer les besoins en matière de prévision pour l’adapter aux changements climatiques dans le Bassin de la Volta.

Ouvrant les travaux, le ministre délégué auprès du Ministre de l’eau, de l’équipement rural et de l’hydraulique villageoise, M. Bouraïma kanfitine TCHEDE-ISSA s’est félicité de la tenue de cette réunion en cette période où plusieurs pays africains font face à l’inondation.

Il a également exhorté les participants à une bonne réflexion pour des résultats efficaces.

Le Bassin de la Volta regroupe six (6) pays de la CEDEAO à savoir : le Burkina-Faso, le Ghana, la Côte-D’Ivoire, le Benin, le Mali et le Togo.

Marco Kossi AKPALIGAN