L’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques au Togo (ANIAC-Togo) a animé le vendredi 11 septembre 2020 en son siège à Lomé, un point de presse pour informer le public togolais sur les différentes menaces liées à la manutention, au stockage, au transport et à la gestion des produits chimiques basée sur la prise de mesures règlementaires.

Il s’agit pour l’autorité d’amener les acteurs à observer les règles générales de Sécurité et de Sûreté dans la zone portuaire et en entreprises, et éviter des situations tragiques comme le cas du Port de Beyrouth (Liban).

«La menace chimique est réelle et pèse sur tous les Etats industriels ou en développement. Le Togo notre pays en fait partie. Cette situation interpelle davantage les Autorités nationales pour l’interdiction des armes chimiques, à sensibiliser et à créer une synergie d’actions entre toutes les différentes parties prenantes à l’activité chimique», selon le président de l’ANIAC-Togo Amah HUNLEDE.

Pour maitriser les risques, protéger les travailleurs, la population et l’environnement, il est indispensable de mettre en œuvre de façon systématique un ensemble de mesures. L’ANIAC-Togo, une structure nationale de coordination, de contrôle à l’importation et à l’exportation ainsi que de supervision de l’utilisation des produits chimiques au Togo, veut mettre tous les acteurs à contribution.

Il s’agit entre autres de déterminer les causes possibles d’accidents majeurs, d’étudier les dangers, dans toute installation utilisant les produits chimiques et inviter systématiquement l’exploitant à procéder à une étude des dangers dans les normes requis.

Le Gouvernement togolais dans le cadre de la prévention des risques liés à la manutention, l’entreposage et au transport des marchandises dans les installations portuaires a pris plusieurs dispositions que l’ANIAC-Togo a saluées à cette occasion par la voix de son président.

L’utilisation des produits chimiques ou leurs dérivés peut avoir des conséquences dangereuses sur la santé des personnes et l’environnement. On peut citer les cancers, les effets tératogènes et mutagènes, les maladies neurologiques, la perturbation du système endocrinien, le cas d’empoisonnement aigu et des dégradations de divers écosystèmes.