Le Ministère de la Planification et  PLAN INTERNATIONAL TOGO ont organisé le jeudi 10 novembre 2016 au cabinet dudit ministère, des séances de simulation pour exhorter la jeune fille à plus d’ambition sur de grandes responsabilités.

Cet exercice se situe dans le cadre de la Journée Internationale de la Fille célébrée chaque 11 Octobre. Aussi conforte-t-il programme dénommé « Take Over » de Plan Internationale Togo qui consiste à permettre à des  filles/jeunes et femmes de jouer le rôle de responsable dans un certain nombre d’institutions du pays au cours d’une journée.

planification1

Pour cette année le choix a été porté sur Mlle EKON Ameyo Céline, 21 ans, étudiante en 2ème année d’Administration Secrétariat Trilingue à l’Ecole Supérieur d’Audit et de Gestion de Notre Dame de l’Eglise (ESAG-NDE). Elle est membre du Youth Panel de Plan International Togo.

Elle est allée s’enquérir par simulation, des rouages de la gestion administrative du poste ministériel de la planification. L’exercice a consisté à l’accueillir entant que ministre chargé de la planification, prendre attache avec les dossiers encours avec ses collaborateurs  et élaborer un agenda pour la journée.

A l’issue de la réunion avec les collaborateurs il a été établi un agenda dont la visite à l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED) et une conférence au lycée de Tokoin sur le thème : « l’épanouissement de la jeune fille togolaise à travers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement ».

planification2

Elle s’est entretenue avec les élèves sur les différents ODD et a attiré leur attention sur la nécessité d’une éducation de qualité pour les filles selon ODD 4,  et 10  et  de créer un environnement scolaire sans violence notamment celles basées sur le genre (ODD 4). Elle a insisté sur la nécessité de rendre les filles visibles dans la société en les accordant des postes de responsabilité décisionnels et exécutifs.

Cette initiative de Plan International Togo découle de la campagne «Parce que je suis une fille (BIAAG)» lancée en 2012. Elle a pour objectif d’assurer la justice pour toutes les filles et les jeunes femmes d’ici 2030.