L’Organisation Non Gouvernementale Recherches Conseil et Réseaux pour le Développement (ONG-RECORD) a procédé le vendredi 20 mai 2016 à Lomé, à la remise officielle des codes et politiques de santé et VIH à trois faitières. Cette remise s’inscrit dans le projet de Renforcement des Organisations de la Société Civile du Togo et du Bénin pour la Riposte à l’Infection au VIH (ROSC RIV Togo-Bénin).

Le code et la politique de santé et VIH renferment les objectifs que l’organisation s’est fixé en matière de lutte contre le VIH/Sida et d’autres maladies. Le contenu de ce code fixe également des règles de sanction qui s’appliqueront à ceux qui outrepasseront les décisions prises dans ces documents.

Ces documents constituent donc des feuilles de route d’une organisation pour réaliser à moyen terme les principaux objectifs en matière du VIH/Sida et autres pandémies en milieux de travail. Les bénéficières devront se doter des moyens nécessaires et utiliser les stratégies définie dans ce code et politique de santé.

Selon la directrice de l’ONG-RECORD, Mme Eliane AYIH-FOLI TETE, les trois faitières choisies sont des groupes cibles et avec ce code chaque faitière doit viser à ce que le VIH ne rentre pas dans son organisation, ou en cas d’infection comment faire pour atténuer les conséquences dans leur travail ; la vulgarisation de ces documents va continuer et d’autres groupes seront visés et formés à la longue.

Le code et politique de santé et VIH contient les stratégies déjà mise en application à la base. Ces stratégies  vont contribuer à accroitre la capacité des organisations membres de ces faitières au Togo et améliorer les connaissances des organisations partenaires au Bénin et au Togo, sur la gestion du VIH/Sida dans leur lieu de travail.

Les trois faitières bénéficiaires sont la Chambre Régionale de Métier de la Maritime à travers sa Cellule Cantonale de Métiers d’Agoènyivé (CRM/CCMA) ; la Plate Forme des OSC de Kloto (PF OSC-K) et l’Union Régionale des Organisations de Producteurs de Céréales-Maritime (UROPC-M).

Ces groupes ont promis de faire bon usage de ce code à travers des séances de sensibilisation, de dépistage et de l’enseignement sur comment grader la confidentialité dans le dépistage.

Notons que 180 organisations que constituent ces faitières ont élaboré leur  code de santé et VIH.